Bordeaux n'est pas une ville bourgeoise et coincée

Les bords de la Garonne classés par l’Unesco permettent à Bordeaux de changer de visage depuis 1995. Finies les façades noircies par des siècles d’histoire de ce vin de Bordeaux apprécié par Louis XIV. Les piétons et les vélos gagnent du terrain dans la ville remodelée au XIXème siècle. Aujourd’hui, cours et avenues alternent dans ce paysage urbain bordelais, reflet du Paris d’Haussmann.

L’ambiance urbaine dédiée aux modes doux, accessibles en tram, et une ville-musée où le patrimoine se découvre à chaque coin de rue. La drague reste très présente dans cette ville longtemps considérée comme bourgeoise et coincée. Bien au contraire, Bordeaux concentre un bon noyau de lieux homos, et un centre gai lesbien ouvert en 2010. Par Jérome AZNAR.

 

 

Quand y aller ?

Ville urbaine et ville musée, Bordeaux se découvre toute l’année, bien que la température de juin à septembre pourrait y être étouffante. La Gay Pride se déroule chaque mois de juin, juste avant l’été, moment où la ville se vide.

 

Ce qu'il faut voir / Ce qu'il faut faire

Dans un soucis d’harmonisation urbaine, l’ancien croiseur Colbert a quitté les quais de la Garonne en 2007 et on peut désormais déambuler à pied du Pont de Pierre aux bassins à flots, s’immerger dans l’ambiance des anciens chais, dont un reconverti en musée d’art contemporain et une partie de l’ancienne gare maritime en artère commerciale, reliées par l’une des lignes de tram, l’ensemble dominé par le Golden Gate Bridge local, le Pont d’Aquitaine, lui aussi peint en rouge. Les films Camping 1-2 et l’Inconnu du Lac nous plongent dans l’ambiance bordelaise des plages du Porge, Lacanau ou de la Lagune, proche de la célèbre dune du Pyla, au milieu d’immenses plages naturistes, à 50 km de Bordeaux. Célébrés sous le Second Empire, les bains de mer virent leur apogée à Arcachon, relié à coups de 20 TER quotidiens, et admirer le mélange architectural balnéaire de la ville d’été ou d’hiver.

La gastronomie

A Bordeaux, on peut manger friendly attitude que ce soit sur le pouce ou de manière gastronomique. Il n’y a plus de restos 100 % gays mais certains se démarquent le soir venu, à la Cigale vers le tribunal et vers la mairie, les places Saint-Pierre et du Parlement. Le midi, vous avez le choix entre manger à la brasserie RDV, cours de la Marne ou face aux Galeries Lafayette, à la brasserie Saint-Rémi, ou boire un thé chaud au Namasthé. Au menu, la cuisine bistrot alterne avec les huîtres du bassin d’Arcachon ou de Marennes d’Oléron, et le cannelé pour accompagner votre café. En journée, le café s’impose à la terrasse du Dijeaux entre deux virées shopping, ou sur la place Camille Julian, en plein village bordelais. Le marché vivant des Chartrons promène bobos et homos chaque dimanche matin, stand de vins de Bordeaux à 1€ et assiette d’huîtres, quand il n’est pas inondé de touristes si un paquebot s’est amarré la marée venue.

 

La vie nocturne

Boire un verre à Bordeaux ne pose aucun problème, puisque le Go West vers le cathédrale et le Trou Duck au centre-ville piéton, restent les 2 bars gays. Le LS Café à Bègles accueille les filles et leurs amies. La Fabrik et le Shine composent le clubbing quai de Paludate, avec de subtils mélanges éclectiques homos-hétéros, à l’ombre de la gare Sncf Saint-Jean (tram C).

Le sexe

Sa réputation de ville coincée poursuit encore aujourd’hui la cité girondine qui pourtant concentre un bon vivier de drague urbaine. Repris par Graham et Preston, l’ex-Code Bar devenu Buster Bar anime depuis 8 ans un cruising bar avec soirées thématiques et backrooms animées, hiver comme été (trams A & B). L’Ours marin reste l’autre bar-cruising pour bears et leurs amis, à deux pas du Sauna Hugo.

En tant que sex-clubs/sex-shops, le Traxx résiste toujours avec son dédale de cabines et alcôves, labyrinthes sur 2 niveaux. Le Sous-Marin termine la liste de lieux de drague pour garçons chauds.

Quant aux saunas, le Thiers reprend du poil de la bête. Naturistes et am mousse ponctuent les animations du sauna Saint-Jean à qqs pas de la gare Sncf. Quant au sauna Hugo, il offre une déco sublime et un incroyable cruising ludique, avec 2 clubs hétéros où les homos sont les bienvenus. L’ancien maire, Jacques Chaban-Delmas, tissa la ville dans les 60s/70s, dominée par le quartier suspendu administratif de Meriadeck, qui reste un endroit de drague reconnu. Le parc de Bordeaux, lui, a été grillagé et restreint la drague.

 

Où se loger

Si Bordeaux n’a pas de chambres d’hôtes friendly attitude, il y a pourtant 2 hôtels friendly attitude, dont le sublime Seek’oo hôtel sur les quais des Chartrons avec sa façade en korian, un matériau souple usité en cuisine, et le Continental hôtel, proche du cours de l’Intendance et de la place Gambetta. La suite du Continental offre une vue imprenable sur la ville, et celles du Seek’oo sur la Garonne.

Recommandez cette page sur :