Buenos Aires – Sur un air de tango

Qui n’a jamais rêvé de Buenos Aires ? La capitale argentine évoquera le tango, la passion du foot et des théâtres. C’est aussi une ville à l’architecture magnifique qui se distingue de ses consoeurs  d’Amériques du Sud par son influence européenne. Elle est devenue très populaire pour les voyageurs LGBT qui s’y sentiront bien accueillis. Et puis les Porteños, c’est ainsi que se nomment les locaux, aiment faire la fête et bavarder avec les étrangers de passage. Embarquement immédiat.

 

 

Quand y aller ? Hémisphère sud oblige, la capitale argentine se met à l’été de fin décembre à fin mars et il peut faire très chaud et humide en janvier/février. Les intersaisons sont très agréables. La gay pride a en général lieu le 1er ou 2nd samedi de Novembre et rassemble une très large foule militante et festive. Si vous optez pour le mois d’août, sachez qu’il se déroule le Mondial de Tango. Si señor !

Ce qu'il faut voir. Très européenne dans son architecture, Buenos Aires séduit par la variété de ses quartiers. Si le Centro est un centre de business animé surtout en journée, San Telmo vit sans cesse avec ses ateliers d’artistes, bars et restaurants installés dans les maisons coloniales. On arpentera ses petites rues pavées et l’on trouvera des cadeaux sympas lors de grande foire d’antiquaire du dimanche. Palermo est le quartier qui a le plus bougé de la capitale. Le Palermo Viejo et Palermo Soho sont devenu le refuge des bourgeois bohèmes alors que le Alto Palermo est plus commerçant. Coincé entre le Centro et Palermo, le quartier de Recoleta est un très beau quartier dont se visite notamment le cimetière et le musée des Beaux Arts. Enfin, on n’oubliera pas d’aller à très populaire, la Boca où Diego Maradona est LA star incontestée. On le retrouvera d’ailleurs (pas exactement lui bien sûr ;-) posant pour les touristes dans Caminito, le village d’artistes en tôles colorées. Très touristique, mais intéressant.  

 

Ce qu'il faut faire. Le Tango est la fierté nationale et l’occasion d’en voir ou de pratiquer ne manquera pas. Des couples en démonstration dans la rue au spectacle en grande pompe, l’émotion sera différente mais toujours au rendez-vous. Sinon les amoureux de Mafalda, l’autre star locale, pourront s’asseoir à ses côtés sur un banc installé à San Telmo où vivait Quino. L’épicerie de Manolito est à quelques rues. 

 

La gastronomie. La réputation argentine est que l’on y mange la meilleure viande du monde.  C’est vrai qu’elle est succulente et pas très chère. La tradition est de la manger en « asado », c’est à dire grillée longuement sur une parrilla mais tout en restant juteuse. Bife de chorizo ou de lomo, mais aussi chinchulines (des entrailles !), tout est excellent. En douceur, le dulce de leche ou confiture de lait recouvre pour notre plus grand bonheur la plupart des desserts dont les fameux Alfajor. Si l’on a adoré La Cabrera dans le quartier Palermo, c’est l’Inside Resto-Bar dans le Centro qui est véritablement gay avec des spectacles de strip entre les tables le week-end. La Farmacia (rue Bolivar 898) dans le quartier bohème de San Telmo est gay friendly avec une bonne nourriture et des serveurs absolument charmants. En journée, pour un café et quelques douceurs, vous avez le Pride Café à San Telmo ou son équivalent le Pride Café Hollywood à Palermo.

La vie nocturne. Le plus ancien bar gay de la ville est Contramano dans Recoleta. Très sympa et le rendez-vous des bears le dimanche. A Recoleta toujours, l’Angels Disco attire de nombreux travestis et n’est pas très cher. Dans Palermo, le Sitgès est le plus grand bar gay et lesbien. Il est bondé le week-end avec ses spectacles de drag. A proximité se trouve l’incroyable club gay Amerik ! Deux dance floors (et une backroom) rassemblent près de 2000 personnes du jeudi au dimanche. Réputé pour son « canilla libre » (boissons gratuites) les vendredi/samedi et ses ambiances endiablées. Il y a également de nombreuses soirées gay dans des lieux qui ne le sont pas spécifiquement comme Fiesta Plop, Fiestas Dorothy, Fiesta Puerca, Rheo ou Brandon Gay Day. Le guide gay Buenos Aires et son facebook de Guillermo est mis à jour régulièrement avec plein de détails et la programmation.

 

Le sexe. Los Fiesteros organise régulièrement des soirées gays muy caliente sur invitation. Certaines ont des restrictions d’âges (35 ans), d’autres sont ouvertes à tous. Il suffit de s’inscrire sur leur site. Côté sauna, A full Spa sur Viamonte a une entrée qui ne pait pas de mine mais qui se révèle être un très grand et bel endroit. De grands espaces de détente avec canapés, les équipements habituels d’un sauna et plusieurs espaces de cruising. Beaucoup de monde en fin de journée et week-end. Au Nagasaki Men´s Club (rue Aguero 427), l’espace sauna/hammam est petit, mais les espaces de cruising métallique sur plusieurs niveaux sont inattendus. Homo Sapiens Gascon à proximité du club gay America est le dernier né alors que l’Unikus a connu ses grandes heures dans les années 90. Côté sex-club, Kadú Cruising Bar est naturiste le vendredi, cuir le samedi ; Tom’s et Zoom ont des dédales et plein de cabines. Les services d’escorts sont légaux. Soy Tuyo, littéralement « je suis à toi » en espagnol propose un large catalogue d’indépendants. Leonos est une autre option tout aussi bien achalandée.

Où se loger. De l’hôtel de charme dans d’anciens bâtiments coloniaux aux auberges de jeunesse ultra économique, le choix ne manquera pas dans chaque quartier. Les couples gays sont bien accueillis en général, pas de crainte à avoir de ce côté là. Le quartier de Palermo et las Canitas est très vivant avec ses bars, restos, boutiques et également gay friendly. Celui de Recoleta est sans doute un peu plus onéreux mais à proximité des nombreux bars et clubs gay. Le Centro sera souvent bruyant et pas forcément d’un bon rapport qualité prix.

 

Dans les environs. Vous pouvez séjourner dans un des ranchs ou estancia pour vous mettre au vert, profiter d’un bon asado et faire du cheval. La ville de Tigre aux portes du delta du Panama avec son quartier artistique, ses îlots et ses canaux sera également une bonne escapade nature. Enfin une heure de ferry rapide permet de rejoindre Colonia del Sacramento en Uruguay. Rien de particulièrement gay friendly mais un petit joyaux colonial (un peu trop touristique toutefois) qui sera une bonne escapade d’une journée.

Recommandez cette page sur :