Cambodge – Le royaume de la gentillesse

Coincé entre le Vietnam, la Thaïlande et le Laos, le petit royaume du Cambodge recèle de nombreux trésors. Bien sûr, les fabuleux temples d’Angkor nichés dans la jungle à Siem Rep témoins d’une histoire glorieuse, de magnifiques paysages de rizières, de palmiers ou de montages, mais surtout une population khmère d’une extrême gentillesse. L’histoire récente douloureuse, le génocide sous le régime Khmer rouge en 1975, a fait disparaître 1/5 de la population et laisse une population très jeune. Avec une première gay pride en 2003, les LGBT sont globalement bien intégrés et les établissements gay friendly nombreux. Vous pourrez profiter pleinement de ce royaume de la gentillesse.

 

 

Quand y aller ? La meilleure période est de novembre à fin février car c’est la saison sèche et les températures sont raisonnables. De mars à fin mai, on est toujours en saison sèche mais il fait terriblement chaud (cela peut aller jusqu’à 40°) et la végétation devient très abîmée. Par contre, il y a le nouvel an cambodien mi-avril qui est assez festif et la gay pride qui se déroule mi-mai. Alors, pourquoi pas ! Reste la basse saison pendant la saison des pluies de juin à fin octobre. A éviter même si les locaux disent que cela ne manque pas de charme avec les rizières très vertes et des pluies qui peuvent être seulement par intermittence.

Ce qu'il faut voir. Phnom Penh, la capitale a beaucoup plus de charme que sa réputation lui attribue. Il y a une ambiance provinciale, plein de tuk-tuks, de belles habitations, des visites intéressantes et une communautée gay très vivante. Battambang qui est la seconde ville du pays est également agréable. Ses environs permettent de découvrir un Cambodge rural, tranquille et authentique. Sihanoukville permet de profiter des plages de la côte. Mais l’étape la plus importante est Siem Rep et ses fabuleux temples d’Angkor. L’emblématique Angkor Wat bien sûr, Bayon et ses têtes de bouddha géantes, Ta Prohm envahi par la végétation ainsi que de nombreux autres vraiment intéressants. Il y a beaucoup à faire et même si la ville n’a pas beaucoup de charme, elle abrite de très beaux établissements gay ou gay friendly. Dans les environs, une escapade au lac Tonlé Sap et ses villages flottants est une étape à faire, la cascade de Phnom Kulen le week-end permettra de se mélanger aux locaux et de se rafraîchir un peu.

 

Ce qu'il faut faire. Après avoir arpenté les temples depuis le lever du soleil (qui est souvent magnifique notamment à Angkor Wat), un massage s’impose. A deux ou quatre mains, cela fait partie de la culture khmère pour notre plus grand bonheur. Ils sont souvent très professionnels et l’heure passe très vite. N’hésitez donc pas à opter pour 1h30 ou 2h d’autant plus que ce n’est pas coûteux (10/15$ de l’heure) ! Il n’y a pas de connotation sexuelle dans un massage meme s’il y a forcément beaucoup de sensualité. Tous les hôtels proposent ces services là et Channy excelle au Men’s Resort de Siem Rep, mais il y a aussi des établissements spécialises comme Hatha Khmet à Phnom Penh ou Siem Rep.

La gastronomie. Il faudra aimer le riz que l’on retrouve à tous les repas, accompagné principalement de poissons, fruits de mer ou poulet. L’influence des pays voisins (Vietnam, Thailande, Chine) est évidente mais il reste des traces de la présence française avec du pain et des cuisses de grenouilles. L’Amok composé de poisson cuit au lait de coco dans des feuilles de bananier est le plat national. C’est délicieux ! Côté boisson, d’excellent jus de fruits frais mais surtout de la bière, notamment l’Angkor Beer produite à Sihanoukville. A Phnom Penh et Siem Rep d’excellentes adresses créatives, gastronomiques (notamment Chanrey Tree, Cuisine Wat Damnak ou Viroth’s dans des environnements designs et/ou luxuriants augurent de bonnes soirées. Ces dernières ne sont pas forcément très chères mais il y a aussi plein de petites adresses simples et délicieuses.

 

 

La vie nocturne. La danse est dans l’âme khmère et dès la nuit tombée, vous verrez des groupes se former dans les parcs ou les espaces publics pour danser ensemble. C’est très festif et vous n’aurez aucun mal à vous y intégrer. Il y a également de plus en plus d’établissements gays et l’ambiance y est très conviviale même si les locaux peuvent se montrer réservés. Cette barrière est vite franchie si vous faites le premier pas. A noter que la nuit s’achève tôt… en semaine, ne pensez pas sortir après 22h.

 

A Phnom Penh’s, coup de cœur pour l’équipe du 2 Colours  au 225 de 13th Street près du Musée National. Le show de drag du jeudi et dimanche soir est le meilleur de la ville. Arthur & Paul Mâles Bar est le bar gay du resort. Blue Chili Bar a également des spectacles de drag mais le vendredi et samedi.

A Siem Reap, c’est à Pub Street qu’il faut se rendre à la nuit tombée. Miss Wong Cocktail Bar est un bar gay hétéro friendly qui nous plonge dans une ambiance shanghaienne. Dean, le propriétaire est l’une des figures locales. Le Linga Bar ou The Station Wine Bar pourront être d’autres étapes de votre soirée. Assister à une représentation de Phare, the Cambodian Circus semble incontournable. C’est du cirque moderne avec une énergie incroyable et une histoire vraiment très friendly. On craque littéralement ! Performances tous les soirs à 19h30. Egalement dans la ville de Battambang avec une équipe un peu moins expérimenté mais tout aussi énergique.

 

 

Le sexe.

Où se loger.

A Phnom Penh. Arthur and Paul est le premier boutique hotel réservé aux gays. 70 grandes chambres design dans un bâtiment des années 30, un SPA avec hammam qui est également ouvert aux non residents et bien sûr des services de massages. En friendly, il y a Manor House, Anise Villa, Bougainvillier Hotel, The Pavillion qui est très bien située juste derrière le palais Royal ainsi que le Rambutan Resort. Ce dernier est dans un bâtiment modern très bien agencé avec une piscine, patio et restaurant dont la nouriturre est excellente. Vraiment très friendly.

A Siem Reap. Notre coup de Coeur va à Men’s Resort qui est uniquement gay avec 14 chambres, une piscine de 18 mètres, un spa et un sauna ouvert aux locaux. Le personnel est vraiment aux petits soins et l’endroit très bien tenu. Les masseurs (notamment Channy) ont la reputation d’être les meilleurs de la ville. D’autres addresses sont friendly comme le Golden Banana Boutique Hotel ou Resort, The Cockatoo Resort ou Shinta Mani Resort.

 

 

S’organiser. Il n’est vraiment pas compliqué d’organiser son séjour au Cambodge. Prenez votre billet d’avion et faites vos réservations d’hôtels avant votre départ. Sur place, vous n’aurez pas de mal à organiser vos déplacements et visites depuis votre hôtel. Ce n’est pas très coûteux et tout le monde sera aux petits soins. Il sera agréable d’être en balade seul avec son tuk-tuk mais vous risquez d’avoir l’impression que les temples sont tous les mêmes ou manquer d’informations historiques si vous ne vous faites pas accompagner d’un guide sur certains temples. De même la visite de la prison des khmers rouges à Phom Penh se révélera très émouvante accompagnée d’un guide local. Il existe pas mal de guides gays ou gay friendly comme Affinity Angkor ou Gold Tuk-Tuk à Siem Reap.

Recommandez cette page sur :