Plages Gay - Côte Méditerranéenne

Sur cette page, les plages du bocal du Tech à Argelès-sur-Mer, des Orpellières à Sérignan Plage, du Cap d’Adge, de Montpellier (Grand Travers, Villeneuve-les-Maguellone, Aresquiers) et de l’Espiguette.

 

Sur l’autre page, les plages de Marseille (Mont Rose, Verrerie, Sugiton), des Grottes à l’île du Levant, de la Batterie à Cannes, de Saint-Laurent-d’Eze au Cap d’Ail et Coco Beach à Nice. Y aller !

Plage du bocal du Tech à Argelès-sur-Mer (Pyrénées Orientales)

 

Une belle plage de sable et de maquis qui a une longue tradition naturiste. Adolescent dans les années 20, Charlet Trenet qui habitait Perpignan la fréquentait. Beaucoup d’habitués en provenance de Perpignan ou Toulouse. La partie gay se situe en allant vers l’embouchure du Tech. Une très bonne ambiance.

 

Pratique. Prendre la D81 jusqu’au pont du Tech, puis aller vers Saint-Cyprien en direction de « Bocal du tech ». Parking en bord de plage.

Plage des Orpellières à Sérignan Plage (Hérault)

proposée par Uwe de la Guesthouse Sandeh.

 

Vaste et tranquille, adossée à une zone naturelle protégée, qui rend les rencontres possibles, elle mélange touristes et population locale. Même si ça drague bien, l'ambiance reste cool et on peut aussi simplement lézarder, se baigner et admirer. La plage est fréquentée toute l'année mais essentiellement de mai à octobre.

 

Pratique. Situé entre Valras et Sérignan plage, elle est dans la réserve naturelle des Orpellières qui forme un bras de terre entre la mer et la rivière. En arrivant par la route, il faut se garer sur le parking public face au Camping Clos Ferrand, puis traverser le parking et prendre l'un des chemins traversant les dunes. La partie gay est alors plutôt à droite. Voir sur la carte.

Plage naturiste du Cap d'Agde (Hérault)

 

Référence pour les échangistes et le libertinage, la plage du Cap d'Agde est connue mondialement. Que les gays aient pu profité du vent de liberté qui y soufflait, c'était logique, mais l'ambiance si elle reste friendly n'y est pas vraiment gay. La population LGBT doit représenter 10 ou 15% des visiteurs. Les vrais naturistes sont très tolérants mais certains échangistes ont du mal à l'accepter surtout côté dune... De votre côté, sachez qu'il vous faudra vivre le fait d'être entouré de couples échangistes qui sont en pleine action et avec des groupes fort nombreux en saison. A savoir aussi, le fait que la population du Cap a aussi pris de l'âge. Si elle se situe entre 35 et 45 ans en juillet/août, hors saison, cela vire vite à la maison de retraite (et tant mieux de profiter du soleil à tous âge !). Il faut aussi dire que la semaine de location est assez coûteuse... l'étudiant n'en a pas forcément le budget. En résumé, si l'on finit par tomber sur l'espace gay, au milieu quatre roseaux, il faudra être amateur d'une audience mature... Donc pourquoi pas, mais autant savoir à quoi s'attendre dès le départ. Sinon, le haut des dunes offrent une belle vue sur la plage...qui sera complétement bondée en saison !

 

Pratique. Soit vous disposez d'un accès au centre naturiste du Cap d'Agde et dans ce cas, vous pouvez vous rendre à la plage directement à pied, soit vous n'en avez pas et il vous suffit d'y accéder par l'autre côté au niveau de Marseillan Plage. Pour cela, entrer dans Marseillan et aller le plus loin possible sur la droite pour vous garer en bord de route entre deux campings. Vous vous dirigez ensuite sur la plage puis rejoignez la plage naturiste en marchant une dizaine de minute sur la droite. Accès facile et gratuit.

Les plages de Montpellier (Hérault)

par Jérome Aznar

La plage du Grand Travers

Avec les travaux d’aménagement de la route, le Grand Travers est en train de disparaître dans son ancienne configuration au grand émoi des gays locaux. Il faut dire que c’est une institution. Mais sa réputation de lieu gay est plus liée à son vaste espace de drague dans les pinèdes très fréquenté de jour comme de nuit et ceci tous les mois de l’année qu’à sa plage. Cette dernière est une plage textile de sable fin qui s’étend sur 3 km avec celle de la Grande-Motte à gauche et celle de Carnon à droite.  Depuis cet hiver, la route littorale a été déplacée le long de la 4 voies et sont aménagés des places de parking, des douches et des toilettes, mais surtout les grands accès à la plage vont désormais traverser les zones dunaires de drague. Ces accès contournent les sous-bois où le dénivelé est trop important et il faudra enjamber les canivelles, pour aller draguer. Chaque accès est séparé de 30 à 50 mètres. Gageons que juillet venu, les habitués de ce cruising en extérieur reprennent de l’activité. La saison du snack du Tacot, qui était le rendez-vous des gays pour prendre un verre sur la voie littorale, entre plage et drague, a été bouleversé, puisqu’il s’est positionné après le tout nouveau rond-point du Grand Travers et sera sur le parking fin juin/début juillet, le long de la toute nouvelle piste cyclable. Pour papoter, prendre un verre de rosé, acheter une boisson fraîche… et faire en sorte que l’ambiance du Grand Travers soit toujours là.

 

Pratique. Situé entre la Grande Motte et Carnon, le parking est gratuit contrairement à celui du Petit Travers ou de la Grande Motte. Depuis le terminus de la ligne 3 du tramway de Montpellier, navettes en car à 1,50 euros le trajet jusqu’à fin septembre.

Plage de Villeneuve-les-Maguellone

 

Quelques modifications depuis cet hiver puisque du sable a été transposé entre un étang et là où le lido de la plage, à hauteur de la cathédrale de Maguelonne, était le plus réduit. La plage est naturiste à la hauteur du restaurant des Frères Pourcel, le Carré Blanc. Hétéros et couples au départ, les garçons dénudés et en boxers se partagent le milieu de la plage.

 

Pratique. De Palavas-les-Flots, prendre la direction de la Cathédrale de Maguelone. Parking payant pendant la saison : 4,50 € pour le voitures, 2 € pour les motos. Un peu de marche mais pour les moins courageux, il y a toujours le petit train touristique qui effectue la navette sur le chemin interdit aux voitures fin juin.

Plage des Aresquiers


La plage des Aresquiers à la côte chez les montpelliérains. Elle est vraiment plaisante et plutôt isolée avec une alternance de galets sur son début, coquillages en grand nombres et sable fin. Depuis le parking, la balade est plutôt agréable. Pas mal de naturistes hétéros, un ancien centre de vacances abandonnée où trainent quelques couples échangistes puis du sable fin et la plus grande concentration de couples gays. La plage n’est pas très large et vers l’arrière entre sable fin et marais, de petits chemins sont propices à la drague et à de l’action. C’est vraiment nature et très joli. Le seul regret, c’est le succès de la plage qui entraine des embouteillages monstres au niveau du parking trop petit.

 

Pratique. Depuis Montpellier, il faut prendre la N112 en direction de Sète et sortir sur la D114 vers Vic-la-Gardiole vers les Aresquiers. Suivre le chemin de terre battue qui longe le canal du Rhône et se garer sur le paking après le pont. Il faudra marcher 20 minutes sur la gauche pour atteindre la plage où les gays se retrouvent.


Plage naturiste des Aresquiers (près... par gay-ourakcha

Plage de l'Espiguette (Gard)

 

Au cœur de la Camargue entre le Grau-du-Roi et les Saintes-Maries-de-la-Mer, la plage de l'Espiguette s'étale sur près de 15 km. C'est un vaste massif dunaire et un site naturel sauvage très protégé. Déjà la route qui mène au parking est agréable. Elle est bordée de marais, de loueurs de chevaux et de camping. Une petite halte à la Maison Méditerranéenne des Vins permettra de découvrir de bons produits du terroir. Une fois garé, vous rejoignez le bord de mer et la zone naturiste commence sur le côté gauche. Alors certes, il y en a pour une vingtaine de minutes de marche pour rejoindre la partie gay mais elle le mérite bien.

Sur le bord de plage, quelques anses ont été crées artificiellement avec des rochers pour retenir le sable. Sur le côté gauche, des dunes plus ou moins importantes et des pinèdes. On passera de la partie naturiste famille, à la partie échangiste et enfin à la partie gay qui se repère facilement car il y a toujours du monde même en basse saison. A ce niveau là, les dunes se font plus hautes et atteignent plus de dix mètres avec une végétation assez dense.

Il y a trois « parcours ». L'historique est celui dans les dunes à proximité de la plage avec tout un labyrinthe dans la végétation. Pas mal d'alcôves sous les arbres avec accès direct sur le passage qui permettent des rapports en mode exhibition mais aussi une sorte de cabane végétale dont l'entrée est discrètement entourée de roseaux. C'est assez grand, cela monte/descend dans le sable fin, il y a des espaces bronzages, mais la dune empêche de voir la mer.

Un second parcours se situe dans le prolongement du premier mais sur le côté gauche. C’est une zone où il y a des pins et où vous marcherez sur ses aiguilles et le sable brulant. Ambiance différente sur ce parcours où les rencontres se font plus dans les petites clairières. Un peu d’action conduit souvent a des attroupements assez festifs. Vous repèrerez également assez vite la « grotte végétale » à mi-hauteur d’une dune. Elle voit tellement de passage qu’elle aurait beaucoup de choses à raconter.

Enfin le dernier parcours est plus mystérieux… c’est sûr le côté droit de la première zone. Les dunes deviennent plus basses, les distances plus longues, mais il y a toujours un corps au loin qui semble pouvoir retenir notre attention. C’est sans doute l’endroit pour ceux qui voudront consommer en recherchant la plus grande discrétion.

Les garçons viennent à l’Espiguette seul, en couple ou entre amis profiter de la plage mais souvent aussi des dunes. Il faut dire que le site a la réputation d’être torride et d’être toujours très fréquenté. Certains se spécialisent dans les aller-retour permanents et doivent finir prêt pour le marathon des sables à la fin de la saison.

Que vous y alliez pour chercher de l’animation ou pas, c’est un magnifique endroit complétement sauvage et plutôt bien entretenu. N’hésitez pas à prendre le pique-nique pour y passer la soirée car les couchers de soleil sont très beaux. Et puis, la plage retrouve progressivement son calme et voit l’arrivée de quelques pêcheurs. Vraiment, une belle expérience.

Pratique. Aller jusqu’au Grau-du-Roi et suivre la direction de l’Espiguette. Après le Super U et plusieurs campings, la route est coupée par un péage pendant la saison (6 euros tout de même). Aller le plus loin possible sur le parking puis poursuivre sa route à pied. La partie gay est à 20 minutes de marche environs.

Recommandez cette page sur :