Lieux de drague Gay à Paris

Avec l’apparition des smartphones et les applications comme Grindr permettant de savoir qui drague et à quelle distance de soi (parfois quelques mètres seulement !!!), les lieux de drague ont baissé en fréquentation. Seuls restent ceux qui aiment le frisson et l’interdit du plan Q en extérieur, l’expérience de l’approche beaucoup plus sympa qu’on plan cul négocié sur internet, un sauna ou un sex-club.

 

La clientèle est très variée, des très jeunes aux très vieux, avec des mecs discrets, de grosses chaudasses, d’autres qui n’aiment pas les « folles musclées » du Marais, quelques homophobes qui viennent tout de même pour une pipe car leur femmes n’aiment pas sucer. C’est toujours moins cher que d’aller aux putes ! Enfin et cela en excite certains, un sondage indique que les dragueurs extérieurs sont à 70% hétéros, souvent mariés et avec enfants.

 

Rappelons pour la bonne forme que les pratiques sexuelles, l’exhibition, le racolage et la prostitution sur les lieux publics sont strictement interdits par la loi française. Il serait intéressant que l’on s’intéresse aux expériences hollandaises, faites notamment à Amsterdam et Rotterdam, où baiser dans les parcs publics est autorisé, une fois la nuit tombée, dans certaines zones délimitées par des panneaux. La présence policière sert alors uniquement à éviter les agressions. Le plaisir du plan Q en extérieur sans l’infraction.

 

 

 

Sans doute le plus étonnant car au cœur de l’activité touristique, les bosquets qui entourent le Caroussel du Musée du Louvre offrent un petit labyrinthe, du genre Alice au Pays des Merveilles, toujours un peu fréquenté et qui s’anime vraiment à la nuit tombée. Dans la semi-obscurité, les hommes se croisent, se regroupent et il y a de l’action. Les sorties de secours du musée, qui est sous vos pieds, débouchent dans les buissons et sont à l’abri des regards. Elles sont parfois aussi bondées qu’une backroom de sex-club. Il faudra faire attention à son portable et portefeuille car l’obscurité attire un peu tout le monde. Par ailleurs, la police est très présente en journée pour faire fuir ceux qui persistent à chasser de jour. Alice, c’est mieux by night !

Non loin de là, le jardin des Tuileries côté Seine derrière l’Orangerie ou en dessous sur les Quai de Seine au même niveau, ne sont plus vraiment un lieu de rencontre gay mais certains y trainent, sans doute par nostalgie. C’est vrai que c’est un endroit agréable et les joggers s’y croisent en s’observant plus ou moins discrètement. C’est un peu la même chose pour le Champ de Mars, près de l’Ecole Militaire…

 

Il y a toujours la Porte Dauphine occupée par les prostitués avec de la drague dans les bosquets à l’arrière du restaurant du Pavillon Dauphine. Les mecs se rencontrent dans les allées du bois et les sous-bois. C’est réputé pour des plans très directs et rapides. Egalement de la drague au cimetière du Père Lachaise, mais surtout l’été. En entrant par l’entrée principale, le coin de drague se trouve sur le côté droit dans la division 39, 28 et 40. Sinon, les Sablières, dans le prolongement du quai d’Austerlitz, qui ont longtemps été un lieu de débauche ne le sont plus depuis que des travaux ont été réalisés.

 

A proximité de Paris et accessible en métro (ligne 1), le bois de Vincennes est assez animé. Il faut se garer devant le château ou route de la Pyramide où il y a un parking. Prenez la route Dauphiné jusqu’au rond-point, puis allez vers l’observatoire ornithologique en prenant un des petits chemins sur le côté droit. Dans le petit bois après la clairière, cela drague un peu. Plus loin, une seconde clairière où cela bronze et de la drague dans le bois suivant. C’est très fréquenté l’été ou les week-end aux beaux jours et plutôt chaud.

Un peu plus éloigné, il y a le bois de Verrière (photos ci-dessus), qui permet de bronzer, draguer dans une clairière ou faire un plan Q dans une zone militaire désaffectée assez insolite. C’est près de Verrière-le-Buisson. Prendre l’A86 à Clamart et direction de Créteil ; il y a un panneau bois de Verrière avec un virage assez raide et la possibilité de se garer. Si vous venez par les transports en commun, prendre un bus jusqu’à Ront-Point du Petit Clamart, puis le pont piéton qui enjambe l’A86. Cela drague direct sur le côté gauche dans le bois, un peu plus loin sur le côté droit, mais pour atteindre la clairière, il faut longuement marcher sur la Route de Verrière jusqu’au rond point piétonnier et prendre l’a route de la Sygrie sur une trentaine de mètres puis prendre à gauche. La clairière est agréable avec pas mal de monde qui y bronze l’été puis drague dans les parcours environnant. Pour aller jusqu’à la zone militaire, il aurait fallu poursuivre tout droit au premier rond point et aller jusqu’à l’autre bout du bois. C’est sur le côté droit, vous le reconnaitrez facilement à la longue palissade de béton taguée. Elle comporte quelques entrées. L’intérieur est composé de nombreux bâtiments et il y a même des souterrains. C’est assez ludique mais des bandes pas forcément friendly y viennent aussi s’y amuser. La prudence est vraiment de rigueur.

Recommandez cette page sur :